Mandats et structures de l'AEN


Groupe d’experts sur les réacteurs avancés et les besoins futurs des marchés de l’énergie (ARFEM)

Président(s) : Aiden PEAKMAN, Royaume-Uni
Secrétaire :  Henri PAILLERE
(henri.paillere@oecd-nea.org)
Vice-Président(s) : Ramesh SADHANKAR, Canada
Membre(s) :Tous les pays membres de l'AEN
Participant(s) à part entière : Commission européenne
En vertu des Statuts de l'AEN
Observateur(s)(Organisation Internationale) : Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)
Par accord
Date de création :09 mars 2017
Fin de mandat :08 mars 2021

Mandat (Document(s) de référence) :

Mandat (Extrait) :

Extrait du document NEA/NDC(2019)10

Mission et objectifs

Le Groupe d’experts sur les réacteurs avancés et les besoins futurs des marchés de l’énergie (ARFEM) analysera dans quelle mesure les réacteurs actuellement en cours de développement, comme les petits réacteurs modulaires ou les conceptions de réacteurs de quatrième génération, pourraient répondre aux besoins futurs des marchés de l’énergie ainsi qu’aux nouvelles contraintes environnementales et réglementaires qui pourraient apparaître.

Le groupe d’experts s’intéressera aux marchés de l’électricité et à ceux d’autres énergies. Pour ce qui est des premiers, certains experts prévoient que, du fait des forts taux de pénétration des énergies renouvelables variables, les autres sources de production d’électricité devront devenir beaucoup plus flexibles pour assurer le suivi de charge avec des hausses ou baisses rapides de leur puissance. D’autres pensent que, du fait du nivellement de la demande et de l’accroissement des capacités de stockage de l’énergie, le suivi de charge ne nécessitera que des capacités limitées. Aujourd’hui, les centrales nucléaires peuvent assurer le suivi de charge, mais la vitesse de modulation de leur puissance est bien inférieure à celle des moyens de production en pointe tels que les centrales au gaz. Les conceptions de réacteurs avancés de troisième génération offrent davantage de flexibilité que les générations précédentes, et les exploitants font désormais figurer des critères de flexibilité dans leurs cahiers des charges (voir le Cahier des charges des électriciens européens [EUR], ainsi que le nouveau Code de réseau européen). Pour l’heure, l’incertitude demeure quant au degré de flexibilité de conceptions plus innovantes de réacteurs de puissance, comme ceux de quatrième génération, qui pourraient être déployés à l’horizon 2030-2040.

Par ailleurs, si c’est tout le secteur de l’énergie qui doit être décarboné, il faudra remplacer la production de chaleur d’origine fossile par une production de chaleur bas carbone. Or, les centrales nucléaires peuvent fournir à la fois de l’électricité et de la chaleur bas carbone. Le groupe d’experts examinera donc les solutions de cogénération offertes par diverses conceptions de réacteurs avancés, et examinera la flexibilité avec laquelle de tels réacteurs pourraient basculer de la production d’électricité vers la production de chaleur en fonction des conditions du marché de l’électricité.

Structure organisationnelle et modalités de fonctionnement et de coopération

Les membres du groupe d’experts seront désignés par les membres du Comité chargé des études techniques et économiques sur le développement de l’énergie nucléaire et le cycle du combustible (NDC). Ils se réuniront à intervalles réguliers (à raison de deux fois par an environ) et produiront un rapport avec le soutien des services de l’AEN. Pour lancer l’étude, l’AEN organisera un atelier en avril 2017, immédiatement avant ou après les réunions du Forum international Génération IV (GIF), afin de bénéficier de la présence des experts du GIF.

Durée

La durée du mandat est de deux ans.