NEA/COM(2011)4
Paris, le 8 juin 2011

Les autorités de sûreté nucléaire décident des actions à mettre en œuvre après l’accident de Fukushima Daiichi

Les autorités de sûreté nucléaire des pays membres du G8, de l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire ainsi que des pays associés, dont l’Afrique du Sud, le Brésil, l’Inde, la Roumanie et l’Ukraine, se sont réunis aujourd’hui à Paris pour discuter des premiers enseignements de l’accident intervenu à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et pour décider des actions à mettre en œuvre au niveau international en réponse à cet accident.

Le Forum sur l’accident de Fukushima : premiers enseignements et actions a constitué une étape importante pour apprendre, partager et mettre en œuvre les leçons de l’accident. À l’ouverture du Forum, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, a présenté les messages clés sur lesquels les gouvernements des 33 pays s’étaient accordés à l’OCDE la veille.

De l’avis des co-présidents américain, britannique et français du Forum, « Les discussions ont été excellentes aujourd’hui sur ce que nous apprenons et sur les actions que nous mettons en œuvre. Les autorités de sûreté restent toutefois conscientes de la gravité de la situation à Fukushima Daiichi et des efforts continus des travailleurs ainsi que des autorités japonaises pour y remédier. Des actions supplémentaires continueront à être prises et le Forum a attiré notre attention, en tant qu’autorités de sûreté, sur les points majeurs et les priorités. »

Les participants au Forum sont convenus de plusieurs priorités et recommandations concernant les enseignements qu’ils tirent ensemble de l’accident, sur le partage d’analyses et d’approches ainsi que sur la mise en œuvre des conclusions de cette réunion. Le texte intégral des conclusions finales et des recommandations sera bientôt mis en ligne sur le site internet de l’AEN (www.oecd-nea.org).

Parmi les principales conclusions, on peut citer :

Les autorités de sûreté des pays membres du G8 et de l’AEN ainsi que des pays associés ont réaffirmé leur engagement à travailler ensemble à l’échelle internationale. Elles sont persuadées que, de cette situation très malvenue, la sûreté nucléaire s’en trouvera, à terme, renforcée au plan international. La conférence ministérielle de l’AIEA qui se tiendra fin juin est la prochaine étape importante d’un ensemble d’actions qui améliorera la sûreté nucléaire au niveau mondial.


Contact presse :

Mme Cynthia Gannon-Picot
Chef des relations extérieures et des relations publiques
Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)
Tél. : +33 1 45 24 10 10
E-mail : 
Site internet : www.oecd-nea.org
Twitter : @oecd_nea

L’AEN réunit 31 pays membres. Sa mission consiste à aider ses pays membres à maintenir et à approfondir, par l’intermédiaire de la coopération internationale, les bases scientifiques, technologiques et juridiques indispensables à une utilisation sûre, respectueuse de l’environnement et économique de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques.