COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 28 juin 2001

 

 

Rapport annuel 2000 de l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN)

En 2000, l'AEN a mis l'accent sur l'évaluation de l'énergie nucléaire en fonction des objectifs des politiques de développement durable des pays de l'OCDE

D'après le Rapport annuel 2000 de l'Agence pour l'énergie nucléaire (AEN), qui paraît aujourd'hui, l'adoption de politiques de développement durable intégrant des objectifs économiques, environnementaux et sociaux devrait conditionner l'évolution des programmes électronucléaires sur le court et le long terme. Le rapport intitulé L'énergie nucléaire dans une perspective de développement durable, que l'AEN a publié en fin d'année, évalue les caractéristiques de l'énergie nucléaire sous cet angle et fournit des données et des analyses destinées à étayer les décisions. Ce rapport fait partie de la contribution de l'AEN au projet horizontal de l'OCDE sur le développement durable.

À la fin de 2000, les pays de l'OCDE comptaient 359 centrales nucléaires en activité, assurant approximativement un quart de la production d'électricité. Les tendances qui ont marqué cette année sont la poursuite de la déréglementation des marchés de l'électricité, la privatisation du secteur électrique et une plus grande sensibilisation aux problèmes d'environnement, en particulier au risque de réchauffement climatique.

La déréglementation des marchés constitue, pour les exploitants de centrales nucléaires, une raison supplémentaire d'améliorer leur efficience. Le taux de disponibilité des tranches nucléaires exploitées dans les pays de l'OCDE a d'ailleurs progressé régulièrement et des permis d'exploitation des centrales ont été prolongés jusqu'à 60 ans, aux États-Unis par exemple. Dans plusieurs pays, la concurrence sur les marchés a accéléré la restructuration de l'industrie nucléaire. L'AEN a analysé plusieurs aspects de cette tendance générale dans ses rapport intitulés Réduction des coûts en capital des centrales nucléaires et L'énergie nucléaire face à la concurrence sur les marchés de l'électricité ainsi qu'au cours d'un atelier consacré à la gestion de la durée de vie des centrales dans un contexte économique en pleine mutation.

S'agissant de la sûreté et de la réglementation nucléaires, l'AEN s'est aussi concentrée sur les défis que représente l'introduction de la concurrence sur les marchés de l'électricité. Plusieurs rapports consacrés à l'amélioration de l'efficacité des autorités de sûreté nucléaire, à la préservation des compétences en sûreté nucléaire et au rôle de l'autorité de sûreté, en tant qu'organisme responsable de la promotion et de l'évaluation de la culture de sûreté, ont été publiés.

L'AEN a continué d'exploiter au mieux les ressources de la collaboration internationale pour lancer de nouveaux projets communs en sûreté nucléaire, comme le projet MASCA, qui réunit 17 pays Membres de l'OCDE et la Russie, le Projet Sandia d'étude de la rupture du fond inférieur de la cuve du réacteur et le projet MCCI, consacrés à la recherche et au développement pour les stratégies de gestion des accidents graves, à savoir la prévention et la mitigation des accidents caractérisés par l'écoulement du cour fondu hors de la cuve du réacteur.

Le système international de protection radiologique fait depuis quelque temps l'objet d'un réexamen destiné à en améliorer la cohérence, la clarté et la transparence. À cet effet, l'AEN s'est progressivement engagée dans un dialogue direct avec la Commission internationale de protection radiologique (CIPR). Cette activité s'est concrétisée au cours de l'année par la publication d'une Analyse critique du système de protection radiologique.

Les enseignements tirés de la série INEX 2 d'exercices internationaux d'urgence nucléaire ont été analysés en 2000, notamment ce qui concerne la préparation des plans d'urgence, les exercices et la gestion de crise. L'ouvrage intitulé Stratégies de surveillance et de gestion de données dans les urgences nucléaires devrait faciliter la tâche des décideurs dans ce domaine crucial.

L'année dernière a été marquée par plusieurs événements dans le domaine de la gestion des déchets radioactifs à vie longue. La France a démarré la construction d'un laboratoire souterrain et, aux États-Unis, le Waste Isolation Pilot Plant (WIPP) a continué de recevoir des déchets transuraniens militaires. En Finlande, l'accord d'une municipalité pour la construction d'une installation de stockage de combustible usé ouvre la voie à une « décision de principe » du Parlement. À la demande de l'organisme suédois d'inspection de la sûreté nucléaire (SKI), l'AEN a organisé une expertise internationale d'une partie essentielle du processus de décision concernant le programme suédois de stockage du combustible nucléaire usé. Par ailleurs, l'Agence s'est engagée dans un travail destiné à constituer, évaluer et diffuser « le dossier de sûreté » du stockage des déchets radioactifs, afin d'établir le climat de confiance nécessaire et d'appuyer la décision dans ce domaine.

Autre action importante, l'AEN a lancé plusieurs initiatives pour développer un dialogue constructif sur l'énergie nucléaire entre l'industrie, les pouvoirs publics et la société civile, favoriser une plus forte participation de tous les intéressés au processus de décison concernant la radioprotection et la gestion des déchets radioactifs et susciter la confiance dans les autorités de sûreté nucléaire. Le Forum sur la confiance des parties prenantes pour la gestion des déchets radioactifs s'inscrit dans ce programme axé sur les aspects de société de l'énergie nucléaire.

Le Rapport annuel 2000 de l'Agence pour l'énergie nucléaire est disponible gratuitement en ligne à l'adresse suivante : http://www.oecd-nea.org//html/pub/annual-report-fr.html ou, dans sa version papier, sur demande adressée au Bureau des publications de l'AEN, Le Seine St Germain, 12 boulevard des Iles, 92130 Issy-les-Moulineaux, France et auprès des Centres de publications et d'information de l'OCDE :

Centre de l'OCDE de Bonn, August-Bebel-Allee 6, D-53175 Bonn, Tél. : (49-228) 959 1215, Fax : (49-228) 959 1218, Mél. : bonn.contact@oecd.org, Internet : www.oecd.org/bonn

OECD Washington Center, 2001 L Street NW Suite 650, Washington DC 20036-4922, Tél. : (202) 785-6323, Toll-Free Number for Orders (800) 456-6323, Fax (202) 785-0350, E-mail: washington.contact@oecd.org, Internet: www.oecdwash.org

Centre de l'OCDE de Tokyo, Landic Akasaka Bldg, 2-3-4 Akasaka, Minato-ku, Tokyo 107-0052, Tél. : (81-3) 3586 2016, Fax : (81-3) 3584 7929, Mél. : center@oecdtokyo.org, Internet : www.oecdtokyo.org

Centre de l'OCDE de Mexico, Edificio INFOTEC, Av. San Fernando No. 37, Col. Toriello Guerra Tlalpan, C.P. 14050, Mexico D.F., Tél. : (525) 528 10 38, Fax : (525) 606 13 07, Mél. : mexico.contact@oecd.org, Internet: rtn.net.mx/ocde/

Centre de l'OCDE de Paris, 2 rue André Pascal, 75775 Paris Cedex 16, France, Tél. : 33 (0) 1 49 10 42 35, Fax : 33 (0) 1 49 10 42 76, Mél : sales@oecd.org, Internet : www.oecd.org

 

Autres liens

Publications

Programmes

External links

International Commission on Radiological Protection (ICRP)

Contact

Mme. Cynthia Gannon-Picot
Chef par intérim, Relations extérieures et relations publiques
Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)
Tél. : +33 1 45 24 10 10
Fax : +33 1 45 24 11 10
E-mail: 
Website: www.oecd-nea.org