L'AEN réfléchit aux moyens de mieux intégrer la radioprotection dans la société moderne

Un atelier international, organisé la semaine dernière en Suisse sous l'égide de l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN), a rassemblé plus de 70 participants qui ont débattu des moyens permettant de mieux intégrer la radioprotection dans la société moderne, compte tenu des attentes des parties prenantes (public concerné, organismes de défense de l'environnement, nouvelles générations, représentants élus, par exemple) qui souhaitent participer aux processus de décision dans ce domaine.

On s'est largement accordé à reconnaître au cours de cette réunion, que la science des rayonnements ne constitue pas à elle seule une base suffisante pour la prise de décisions, et que le processus doit comporter une participation de la collectivité pour parvenir à des solutions acceptables des problèmes se posant dans ce domaine.

Les études de cas ont mis en lumière des expériences nationales particulières en matière de participation des parties prenantes à la prise de décision, et les possibilités offertes par la contribution d'experts et d'organismes internationaux aux processus de décision ont aussi été étudiées. Des exposés concernant l'expérience tirée par ailleurs de la gestion d'autres risques tels que les risques chimiques, ont permis d'élargir les perspectives.

Plusieurs groupements de parties prenantes ont été représentés à la réunion, notamment des représentants de municipalités et d'associations de défense de l'environnement. Des sociologues et des décideurs au sein de la fonction publique ont réfléchi sur le cadre socio-politique de la prise de décision dans des situations conflictuelles.

Sur la base de l'expérience acquise en Allemagne, aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni, des processus ayant réussi à associer les parties prenantes et à susciter la confiance de la société ont été analysés et les enseignements tirés ont été présentés. Cette réunion est la seconde à être organisée par l'AEN dans le but d'analyser les aspects sociétaux de la radioprotection. L'AEN continuera d'étudier la façon dont la politique, la réglementation et la mise en ouvre de la radioprotection peut évoluer afin de mieux répondre aux besoins d'une gestion moderne des risques pour la société. On attend des enseignements tirés qu'ils puissent aussi fournir des apports utiles à d'autres projets de recherche menés par l'AEN dans le contexte plus large de la société civile et de la gestion des risques.

Contact avec la presse :

Mme. Cynthia Gannon-Picot
Chef par intérim, Relations extérieures et relations publiques
Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)
Tél. : +33 1 45 24 10 10
Fax : +33 1 45 24 11 10
E-mail: 
Website: www.oecd-nea.org

Autres liens