COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Paris, le 5 janvier 2000

 

 

D'APRES L'AEN, AUCUN PROBLEME DE SURETE N'A ETE SIGNALE DANS LES INSTALLATIONS LORS DU PASSAGE A L'AN 2000

L'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN) a fait savoir aujourd'hui qu'aucun problème de sûreté dû au bogue du millénaire dans les installations nucléaires n'avait été signalé au cours de la période du passage à l'an 2000, démontrant l'efficacité des mesures de précaution prises par la communauté nucléaire du monde entier.

Un système mondial d'échange d'informations instauré par l'AEN - le Système international d'alerte avancée - spécialement mis en place entre les responsables de la réglementation nucléaire, les exploitants de centrales nucléaires et les pouvoirs publics, a fourni un compte rendu actualisé de l'état de fonctionnement des installations nucléaires au cours du passage à l'an 2000. Ce système, qui a démarré le 30 décembre 1999, a permis de surveiller et d'échanger des informations pour ainsi dire « en temps réel » concernant l'incidence du bogue du millénaire sur le fonctionnement des installations nucléaires au cours de la période du passage à l'an 2000, sur la base des rapports en provenance de quelque 300 installations nucléaires implantées dans 29 pays différents. Le délai de notification a été de 20 à 30 minutes après le changement de date dans les fuseaux horaires respectifs de chaque pays. Plus de 38 pays et près de 500 organismes réglementaires et titulaires d'autorisations ont pris part au Système d'alerte avancée.

Au total 14 incidents sans rapport avec la sûreté ont été notifiés pendant les 24 premières heures du passage, mais il n'est à l'heure actuelle pas évident que ces problèmes soient en rapport avec le bogue du millénaire. Des enquêtes complémentaires sont en cours afin d'en déterminer la cause profonde. Le Système d'alerte avancée continuera de fonctionner dans une version légèrement modifiée jusqu'au mois de mars 2000, en tant que mesure de précaution en cas de problèmes mineurs de dégradation.

Le Système d'alerte avancée a été conçu par la Commission de la réglementation nucléaire des États-Unis (USNRC) sous la forme d'un système sûr et exclusif de communication fondé sur l'Internet, et a pris une dimension internationale par l'intermédiaire du Comité de l'AEN sur les activités nucléaires réglementaires (CANR). La participation à ce Système est ouverte à tous les pays, y compris ceux n'appartenant pas à l'OCDE.

Parmi les pays participants figurent l'Allemagne, l'Argentine, l'Arménie, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, la Bulgarie, le Canada, la Corée (République de), le Danemark, l'Espagne, les États-Unis d'Amérique, la Finlande, la France, la Hongrie, l'Inde, l'Irlande, Israël, l'Italie, le Japon, la Lituanie, le Mexique, la Norvège, les Pays-Bas, le Pakistan, le Portugal, la Roumanie, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni, la République slovaque, la Slovénie, , la Suède, la Suisse, le Taipei chinois, la République tchèque, la Turquie et l'Ukraine. Au nombre des organisations nationales et internationales, on compte la Commission européenne (CE), l'Agence internationale de l'énergie (AIE), l'Union mondiale des exploitants nucléaires (WANO), l'Union Internationale des producteurs et distributeurs d'énergie électrique (UNIPEDE), le Forum Atomique Européen (FORATOM), le « Nuclear Energy Institute » (NEI), l'« Institute of Nuclear Power Operations » (INPO) et l'« Electric Power Research Institute » (EPRI)


Contact presse :

Mme Cynthia Gannon-Picot
Chef des relations extérieures et des relations publiques
Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire (AEN)
Tél. : +33 1 45 24 10 10
E-mail : 
Site internet : www.oecd-nea.org
Twitter : @OECD_NEA

L'AEN réunit 31 pays membres. Sa mission consiste à aider ses pays membres à maintenir et à approfondir, par l’intermédiaire de la coopération internationale, les bases scientifiques, technologiques et juridiques indispensables à une utilisation sûre, respectueuse de l’environnement et économique de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques.

Autres liens