Communiqué de presse
Paris, le 11 juin 2008

English

Un projet de l'AEN sur la sûreté nucléaire célèbre ses 50 ans

Le projet OCDE/AEN du réacteur de Halden célèbre aujourd'hui ses 50 ans d'activité avec une cérémonie organisée à Oslo en Norvège. Sous l'égide de l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN), les recherches réalisées à Halden contribuent à améliorer la sûreté des centrales nucléaires. Ce projet, le plus ancien de tous ceux de l'Agence, est aussi le plus important avec un budget annuel de 15 millions d'euros.

Les possibilités exceptionnelles offertes par le réacteur d'essai de Halden sont un élément déterminant du succès du projet. La conception originale du cour de ce réacteur, associée à des équipements d'essai de pointe, permet de réaliser de nombreuses expériences en même temps. Ces expériences ont produit beaucoup de données sur le combustible nucléaire dont disposent aujourd'hui les autorités de sûreté, l'industrie nucléaire et les instituts de recherche dans le monde. De nombreux travaux d'avant-garde y ont aussi été effectués sur l'interface homme-machine. Les méthodes ainsi mises au point pour réduire les erreurs humaines durant l'exploitation et la maintenance des centrales nucléaires ont été adoptées par d'autres industries.

L'AEN utilise l'expérience acquise dans le cadre de ce projet pour d'autres projets de recherche sur la sûreté nucléaire, dans des domaines comme la sûreté du combustible, la thermohydraulique et les accidents graves. Le projet de Halden s'est révélé un modèle de réussite, qui permet à des pays ayant des intérêts techniques communs de réaliser des recherches avec un maximum d'efficacité en partageant les coûts. Les recherches actuelles de l'AEN sur les systèmes informatisés des centrales nucléaires et le vieillissement des internes des réacteurs et des câbles ont commencé à Halden.

L'accord fondateur du Projet du réacteur de Halden a été signé par sept pays en 1958 et révisé et reconduit tous les trois ans depuis. Aujourd'hui, 130 organisations de 17 pays prennent part à ce projet. Non contents de participer au financement, certains organismes détachent régulièrement des chercheurs pour ce projet situé dans les installations de l'Institut norvégien des technologies énergétiques à Halden.

On trouvera des informations complémentaires sur le projet à www.oecd-nea.org/jointproj/halden.html.


Questions des médias :

Top