Communiqué de presse
Paris, le 3 juin 2008

English

Des ressources en uranium capables de répondre encore longtemps à la demande projetée

La planète dispose de réserves d'uranium suffisantes pour alimenter encore un siècle au moins le parc mondial de réacteurs, au rythme actuel de la consommation. C'est ce qui ressort de la dernière édition parue aujourd'hui de la référence mondiale sur l'uranium.

Uranium 2007 : Ressources, production et demande, connu également sous le nom de Livre rouge, évalue à environ 5,5 millions de tonnes, contre 4,7 millions de tonnes en 2005, les ressources classiques connues, récupérables à un coût inférieur à 130 USD/kg*. Les ressources non découvertes, c'est-à-dire les gisements d'uranium que l'on peut espérer trouver si l'on se fonde sur les caractéristiques géologiques des ressources déjà découvertes, sont passées à 10,5 millions de tonnes, soit 0,5 million de tonnes de plus que les estimations données dans la précédente édition du rapport. Ces bons chiffres s'expliquent par la découverte de nouveaux gisements ainsi que par une réévaluation des ressources connues, les deux consécutives à la hausse des prix.

Au rythme de la production d'électricité nucléaire en 2006 et en l'état actuel de la technologie, les ressources identifiées suffiront à alimenter les réacteurs pendant un siècle. Cela étant, les réserves mondiales évoluent notamment en fonction des prix des produits. L'industrie de l'uranium a réagi aux hausses récentes des prix en lançant d'importants projets d'investissement dans la prospection qui devraient venir grossir encore les montants des ressources en uranium. À l'échelle mondiale, les dépenses de prospection s'élevaient en 2006 à plus de 774 millions USD, ce qui correspond à une augmentation supérieure à 250 % par rapport à 2004. En 2007, année pour laquelle on ne possède pas encore de données définitives, elles devraient être aussi importantes qu'en 2006.

À la fin de l'année 2006, la production mondiale d'uranium (39 603 tonnes) a assuré près de 60 % des besoins (66 500 tonnes) des 435 réacteurs en exploitation industrielle. Le déficit entre la production et la demande a été comblé à l'aide de sources secondaires telles que les stocks privés et publics (dont ceux provenant du démantèlement de plus de 12 000 ogives nucléaires et du réenrichissement des résidus d'enrichissement de l'uranium). La plupart de ces sources secondaires s'amenuisent aujourd'hui, et le déficit devra de plus en plus être comblé par une production additionnelle. Étant donné les délais nécessaires pour mettre en production de nouveaux gisements, on court le risque de voir ces déficits se creuser si des installations de production ne sont pas aménagées à temps.

La puissance nucléaire installée, de 372 GWe en 2007, devrait atteindre entre 509 GWe (+38 %) et 663 GWe (+80 %) en 2030. Les besoins en uranium qu'il faudra satisfaire se situeront alors entre 94 000 tonnes et 122 000 tonnes, si l'on continue d'exploiter le même type de réacteurs qu'aujourd'hui. Les réserves identifiées à ce jour seront à même d'alimenter cette croissance. Avec le déploiement des technologies de réacteurs et des cycles du combustible avancés, ces réserves pourraient répondre à la demande pendant des milliers d'années.

Uranium 2007 : Ressources, production et demande, a été préparé conjointement par l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire (AEN) et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), d'après des informations officielles transmises par 40 pays et un rapport national établi par le Secrétariat de l'AIEA. L'édition de 2007 présente des statistiques sur les ressources, la prospection, la production et la demande ainsi que des projections des besoins jusqu'en 2030.

*Le 26 mai 2008, le prix spot de l'uranium était de 156 USD/kg.

Uranium 2007 : Ressources, production et demande
Rapport établi conjointement par l’Agence de l’OCDE pour l’énergie nucléaire et l’Agence internationale de l’énergie atomique
OECD, Paris, 2008 - ISBN 978-92-64-04766-2

Pour tout compte rendu, veuillez mentionner le titre et les références de l'ouvrage.


Questions des médias :

Top